WikiRecherche

la démocratisation du savoir

Synthèse – Deuxième partie : Accéder au savoir

FIL ROUGE

Introduction

Première partie – La création encyclopédique

Deuxième partie – Accéder au savoir

Conclusion

Le partage des connaissances est simplifié. Tout un chacun peut participer et partager ses connaissances dès lors qu’il possède un ordinateur ainsi qu’une connexion à Internet. L’interface et l’agrémentation d’articles ne demandent pas de connaître et de savoir utiliser le langage HTML : il suffit juste d’intégrer du contenu dans un modèle prédéfini qu’est celui des objets collaboratifs tels quel le wiki. On peut d’ailleurs noter que les encyclopédies participatives construites sur ce mode du wiki se ressemblent beaucoup au niveau de l’interface, de la présentation des articles… Dès qu’il se trouve dans ces encyclopédies, l’internaute sait où il est, il sait comment naviguer et n’est ainsi jamais perdu.

Par ailleurs, l’accès au savoir est plus simple dans les encyclopédies participatives. En effet, les encyclopédies du web multiplient les accès au savoir : moteurs de recherche, arborescences, classifications par thèmes… Internet permet un gain de place : il n’y a pas besoin d’avoir tous les volumes et d’acquérir les mises à jours tous les ans : Internet permet une mise à jour régulière et donc des articles sur des sujets d’actualité. Internet permet une recherche par clic et donc une optimisation du temps dans les recherches. En effet, même s’il n’est pas possible d’affiner sa recherche dès la première requête, l’utilisateur peut se servir des renvois par liens hypertextes et de l’arborescence (du thème le plus général à l’article le plus spécifique) où les termes sont clairs et explicitent bien le sujet dont ils parlent.

Cependant ces encyclopédies participatives, gratuites proposent-elles un accès complet, à tous les sujets de la connaissance ? Un accès complet à tous les sujets de la connaissance impliquerait une exhaustivité, or il est impossible de couvrir toutes les actualités étant donné la vitesse à laquelle elles se développent. De plus, certaines sont éphémères et n’ont peu être pas lieu d’être dans une encyclopédie : à quel titre certaines informations devraient se trouver ou non dans une encyclopédie, rester dans les mémoires ? Dans les encyclopédies participatives, tous les articles sont rédigés par des contributeurs, des internautes lambda : on ne sait rien sur leur vie, s’ils sont spécialisés ou non dans le domaine dans lequel ils publient. Mais en tous cas, les internautes publient dans le(s) domaine(s) au(x)quel(s) ils s’intéressent, et souvent, ils écrivent plus sur des sujets d’actualité, sur les nouvelles technologies, sur les « people »… Ainsi, on peut constater des manques, dans les encyclopédies participatives, par rapport aux encyclopédies papier ou aux encyclopédies payantes. Il faut toutefois noter que les encyclopédies payantes offrent la totalité de leur contenu uniquement à leurs abonnés. Dans un sens, on peut donc dire que les encyclopédies collaboratives offrent un contenu plus complet que les encyclopédies payantes, à un internaute lambda, qui n’a pas envie de s’abonner, de payer, pour accéder à la culture.

Toutefois, on peut s’interroger sur la véracité des propos des encyclopédies participatives et gratuites. N’étant pas rédigés par des professionnels, comme nous avons pu le voir (contrairement aux encyclopédies payantes), on peut se demander à quel titre ces articles font autorité. L’encyclopédie Larousse a contré ce problème en proposant à la fois des articles rédigés par des spécialistes (les contenus Larousse) et des articles rédigés par des contributeurs, des personnes lambda (les articles des contributeurs) : l’internaute qui fait une recherche a alors le choix de regarder uniquement le contenu des spécialiste, celui des contributeurs, ou de comparer les deux.

Publicités

13, décembre 2008 - Posted by | Synthèse | , , , , , , , , , , ,

Un commentaire »

  1. Parmi les anonymes, des professionnels ne se cachent-ils pas ?

    Commentaire par Blib | 20, janvier 2009


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :